Pourquoi une seule journée du commerce équitable ?

Samedi 12 mai 2018. C’est à cette date que nous célébrerons tous la journée internationale du commerce équitable. Et pourtant, c’est bien au quotidien, que les entreprises du pays catalan s’inscrivent dans cette démarche respectueuse. 

Les Pyrénées Orientales, un département prêt à célébrer le commerce équitable

Depuis des années, le commerce équitable promeut un développement économique plus harmonieux, même s’il faut bien l’avouer, il a été longtemps cantonné à des initiés et à des connaisseurs en la matière. Aujourd’hui, le commerce équitable commence à réellement prendre de l’importance dans l’Hexagone, et dans le pays catalan comme dans toutes les régions de France ; on se préoccupe des conséquences de l’essor économique de la société. C’est dans ces conditions, que nous nous apprêtons tous à fêter la journée internationale du commerce équitable. Chaque deuxième samedi de mai, le monde entier s’évertue à célébrer ce mode de développement, et en 2018, c’est le 12 mai, que la planète entière célébrera cette nouvelle façon d’imaginer le commerce.

Une façon de voir les choses, un état d’esprit pour favoriser le développement

Une des Cabanes au bord de la route à Céret pour la future vente des cerises – Vente directe producteur – consommateur

Mais le commerce équitable ne se fête pas, il se vit et se développe tout au long de l’année. C’est ainsi en tout cas, que le pays catalan participe à ce développement plus respectueux de la nature et des hommes. Pour autant, même si on a longtemps confondu commerce équitable et agriculture biologique, les deux restent intimement liés tout comme les circuits courts très développés dans la région. Lorsque, par exemple, le magasin Bio Sud 66 ou Le bio pour tous commercialisent des productions biologiques et locales, c’est bien pour favoriser le développement de l’agriculture bio d’une part, mais aussi pour inciter les consommateurs à retrouver les avantages d’une consommation locale, de proximité. En évitant les transports longs et néfastes pour la qualité des fruits et légumes, ces commerces œuvrent, à leur façon, à un développement plus harmonieux et donc au commerce équitable. Et que dire aussi de tous les agriculteurs autorisés à vendre sur le bord des routes au temps des cerises par exemple ? Direct producteur – consommateur ! N’est ce pas magnifique de pouvoir encore le vivre dans nos villes et nos villages ?

Une approche pour répondre aux attentes des catalans et de tous les consommateurs

Sans même bénéficier de la reconnaissance officielle du commerce équitable, bon nombre d’entreprises et de commerçants du Pays Catalan participent donc à cette aventure ambitieuse. N’est-ce pas un essor réfléchi et maîtrisé, que valorisent tous ces professionnels attachés à la défense du terroir et des traditions. Des Caves Byrrh à l’Amandon du Soleil , c’est le respect des traditions et des valeurs, qui est transmis au fil des ans. A quoi bon épuiser les ressources à l’autre bout du monde pour fabriquer des produits, déjà créés ici, en pays catalan ? Développement durable et commerce équitable se rejoignent alors sur bien des aspects. Et en la matière, nul doute que le département des Pyrénées Orientales ne se contente pas d’une journée internationale pour y participer de manière active.

Et vous, quelle idée avez-vous du commerce équitable ? Quelle est selon vous la meilleure façon de respecter ces engagements au quotidien ?